Y’a quelque chose de pourri au paradis

Voilà une entrée surprenant pour le titre phare du mangaka Hiroki Endo. Je me suis dis que faire un point sur ce titre en présentant une partie des thèmes abordés serait sympa …

Quand on parle de seinen les mêmes mots reviennent toujours : violence, sexe, etc…
Mais on a tendance à oublier un style peu connu mais tout aussi efficace pour entrer dans la cour des mangas pour adultes : la torture mentale du lecteur. Hiroki Endo via son titre « Eden, it’s an endless world » est passé maitre de cette discipline. En une série il aura réussi à augmenter ma consommation d’aspirine de manière explosive…

Petite bio rapido :

Hiroki Endo a connu une enfance difficile : il grandit dans un quartier sordide selon lui et n’a pas vraiment attiré la sympathie de la part des ses camarades de classe. Au final quand celui ci devient mangaka il ressort ce mal être dans son histoire Eden, et ca devient dur a suivre. On lui doit aussi 2 recueils de nouvelles que l’on mettra de coté pour se concentrer sur Eden.

Quand je me suis lancé dans Eden je n’ai lu que les premières pages comme je le fais la plupart du temps pour savoir si un manga me plait, au final de cette lecture voila ce qui en est ressorti :

Le futur va mal, le monde subit l’expansion d’un virus assez sadique qui fait durcir la peau la rendant comme de la porcelaine et fait fondre l’intérieur : bref on devient une vulgaire poupée immobile et on meurt. Pas très reluisant n’est ce pas ?
Nul ne sait qui a lancé ce virus ou si c’est l’humanité qui l’a créé, mais l’espoir apparait dans deux enfants qui possèdent en eux les anticorps naturels pour y survivre. Manque de chance ils ne s’aiment pas vraiment. Au final, je me suis dis « ok il s’agit simplement d’une série sur la survie de l’humanité via un couple un poil bizarre en devenir, reste à voir comment se déroulera la quête… »

Mais à partir de la moitié du livre on saute de 20 ans en avant et me voilà à suivre les tribulations du fils de nos deux enfants du début. Bref l’histoire commence à se compliquer en sautant de personnages en personnages qui se croisent et s’entrecroisent aux fils des chapitres et des rencontres du jeune héros.

Via les divers focus sur les personnages (ils sont nombreux) Endo aborde plusieurs thèmes que je vais présenter de manière succincte pour ne pas vous torturer à mon tour :

La mort selon Endo :

La mort est omniprésente via le virus en premier point mais aussi par les clans qui se créent, la guerre, et bien d’autres moyens que je vous laisse découvrir. Mais au final Elle est là tout le temps poussant les personnages à évoluer en fonction de sa présence.

De votre coté comment voyez vous votre vie et votre comportement dans cet environnement ?

La violence :

Si on omet la mort on ne peut mettre de coté la violence qui elle aussi apporte son lot de difficulté.
Cette violence qu’elle soit due aux actes de « guerre » ou à la dureté de la vie en elle même (misère, prostitution, drogue…) pousse les gens à agir en conséquence. Certains tentent de s’élever au dessus de tout ça d’autres préfèrent s’enfoncer dans la noirceur.

Mais vous que feriez vous dans pareil cas de figure ?


La religion :

Parlons maintenant du titre du manga : Eden. Si on en croit la religion catholique, l’eden est un lieu de sérénité mais selon Endo c’est un poil le contraire (carrément ? Oui en fait). Pourtant l’Eden c’est aussi une quête de l’homme comme le saint graal. Et cette quête a son lot d’étapes et de révélations que les personnages verront ou subiront. Une quête aussi pour un monde originel (l’Eden de base sans souillure) que les divers groupes essayent de créer quel qu’en soit le prix même si cela passe par une descente aux enfers pour l’humanité.

Dernière question perso : Pour vous l’Eden ca représente quoi ?

Bref de nombreux sujets sont abordés et je ne ferais pas l’affront de tous les dévoiler pour vous gâcher la lecture d’Eden. Je préfère conclure en donnant mon avis sur les tomes que j’ai déjà en ma possession :

Au bout de 15 volumes de ce manga d’exception l’histoire avance doucement posant de manière éparses divers pierres qui à la fin nous mettra devant un bâtiment de lecture énorme je le sens mais pour le moment j’avoue être perdu. C’est un peu pour cela que je propose cet article afin que ceux qui l’ont lu puissent y apporter leur point de vue sur l’évolution de ce titre et que ceux qui ne l’ont pas lu apporte un regard détaché aux diverses questions éparpillées dans celui-ci.

Laisser un commentaire