I believe i can fly

Comme certains le savent je suis plus tout jeune mais malgré cela j’ai gardé et je garde encore une certaine âme d’enfant en me plongeant avec délice et sans modération dans divers jeux où le but est d’aider notre avatar de pixel à conclure sa quète initiatique et devenir ainsi le plus grand des héros (fly sors de ce texte…).

skies_of_arcadia_4026911

En Europe le RPG a un autre nom (parait que ça a un rapport avec la langue !), On l’appelle JDR ! Quand vous citez ces 3 lettres nombre de regard s’illumine auprès des anciens étudiants qui se revoient la nuit à lancer des dés et effacer divers stats sur une feuille de papier. En Asie, le JDR à l’ancienne avec ses règles obscures et ses mondes inspirés de Tolkien et autres auteurs d’héroic fantasy prends assez mal, dans un monde où la technologie prime avant tout c’est sur console que le JDR devient RPG et vas nous offrir les plus beaux exemples d’aventure vidéo-ludique.

Qui n’a pas joué a Final Fantasy et ce quelque soit le support (NES, SNES, PSX, PS2…) ? Avouez, vous êtes nombreux à avoir oublié femme, enfants et amis pour vous retrouver seul face à l’écran durant des heures pour basher [1] à outrance histoire d’avoir le niveau nécessaire à continuer votre quête. Préférant s’adresser à un public jeune et large, de nombreuses sociétés telles Square ou Enix voir même SEGA nous ont pondu des titres à la mécanique simple avec un scénario assez linéaire et un héros charismatique entouré de faire valoir assez sympa pour être agréables à manipuler sans qu’on perde de vue qui est le chef de cette équipe. Pourtant il existe un jeu qui m’a surpris gràce à divers points qui ont su le différencier de tous les autres tout en restant assez proche pour ne pas se retrouver dans la catégorie des « aurait pu mieux faire mais trop space ».

You are a pirate…

skies-of-arcadia-beyond-the-sky

Ce jeu qui vous met dans la peau d’un jeune pirate se retrouvant embringué dans une quète qui ne le concerne pas lui mais un autre personnage : c’est « Skies of Arcadia » par Overworks cie. Le résumé de l’histoire tiré d’un site de jeux vidéos vous aidera peut être à découvrir cette perle :

« A 17 ans, Vyse navigue sur le bateau de son père et combat avec son équipage, les Voleurs Bleus, qui pillent les riches pour aider les plus démunis. Lors de l’abordage d’un vaisseau Valuan (l’empire maléfique du coin), ils délivrent une mystérieuse jeune fille du nom de Fina. Convoitée par Valua, celle-ci attire malgré elle les forces impériales sur l’île natale de Vyse. Parvenu à s’échapper de l’assaut en compagnie de son amie d’enfance Aika, le jeune pirate de l’air embarque pour une grande aventure à travers les cieux. Car dans le royaume d’Arcadia, les bateaux flottent dans le ciel et les continents itou… »

Skies of Arcadia (7)

C’est qui le perso principal ?

A la différence de nombreux autres titres SoA ne cherche pas à parler d’un seul héros mais de plusieurs destins qui se croisent et évoluent dans un maelstrom assez bien maitrisé apr les scénaristes. C’est sur ce point que je m’attarde particulièrement pour faire un portrait des plus honorables de ce jeu. Dans la plupart des RPGs qui ont pris soin de traverser nos frontières (disons le franco les titres Square-Enix) il ressort toujours de la foule de persos un grand héros et un grand méchants les autres sidekiks ne servant que de faire valoir et il est rare de s’y attacher à moins de fouiller en profondeur dans l’historique de ceux-ci. Dans SoA, on a le temps de jouer avec tout le monde, d’apprendre à les connaître, à suivre leur pérégrinations dans ce monde pas top du tout…

Un vaisseau n’est pas qu’un moyen de transport

Skies of Arcadia (4)

Autre différence qui offre un point positif à SoA : sa gestion des engins. En effet quel avantage a-t-on à utiliser un chocobo si ce n’est éviter les combats et par la même la fameuse expérience qui nous permettra de survivre plus tard ? Ici nos navires s’affrontent, cherchent, évoluent comme un personnage additionnel (dans le jeux il a sa fiche :p). le notre possède un équipage qui intervient de manière active, bref ce n’est pas qu’une coque de noix mais un ami qu’il va falloir chouchouter…

Bref un bon jeu quoi…

dreamcast-skies-of-arcadia-03

Si je vous parles de ce jeu c’est parce qu’il a réussi ici comme en Asie à créer un buzz sans précédent. On peut signaler pour ce jeu de nombreuses versions (finalisées ou non hélas car j’attends toujours la version PC et PS2), des versions collectors, des CDs audios, des Art Books et j’en passe pour ce qui est du coté pro de la chose pour ajouter en coté amateur de nombreux sites persos avec des fan fics, des fan arts…

Surprenant ? Non ce jeu a réussi à faire quelque chose d’assez rare : faire d’un RPG basique un Jeu proche du JDR, en clair ne pas créer un simple jeu où le but est d’XP pour passer à la phase suivante jusqu’à la fin de l’histoire mais créer un univers cohérent où tous les persos sont important à la tenue du scénario chacun y jouant son rôle comme une pièce de théatre… Tiens ce n’est pas ainsi qu’on compare le JDR ? Une pièce de théatre où chacun y a sa place ?
Comme quoi même en Asie on peut apprécier les jeux de l’ancien continent et les adapter avec respect…

[1 : Basher = tuer du monstre de manière répétitive pour monter en niveau sans autre justification, manière de jouer fréquente dans les RPG asiatiques]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *