Le Cabaret Vert 2012

Etant présent durant les 4 jours du festival Cabaret Vert 2012 j’ai envie de lacher mes impressions sur ce rendez vous de fin de vacances un peu particulier.

Voici mes impressions jour après jour

Une fois le 1er jour de Cabaret Vert fait, on se dit : reste à survivre aux 3 suivants. En tout cas, une bonne claque musicale locale avec les Big guns, un Manu Chao survolté, et EODM en grande forme pour un revival du rock garage énorme le tout dans un cadre exceptionnel car oui une fois encore Flap a su démontré qu’il savait prendre possession des lieux de la Macérienne en se renouvelant pour améliorer le tout ! A ceux qui aiment la musique avec un grand M et les Ardennes avec un grand A venez au Cabaret Vert vous ne serez pas déçu. Et pour les autres venez aussi car on ne le dira jamais assez mais le CV c’est aussi du Cinéma, de l’Art de rue, des Assos, de la BD (à partir de demain 10h), de la bonne bouffe classique (quoique) et alternative et j’en oublie. Il est clair qu’avec sa prog, sa durée, ses villages et le message qu’il porte ce festival va devenir une valeur sure.


2eme journée de faite au Cabaret Vert 2012 et que dire… Tellement de choses…
Tout d’abord que les aigris rangent leur couteaux, ni la pluie ni le ciel gris n’a su décourager les gens encore plus nombreux que le veille pour prendre leur dose de bonheur festivalier comme quoi quand l’accueil est bon peu importe les conditions météo. Musicalement la claque est là aussi entre un Joey Starr qui a rempli l’espace 2 au point qu’il fallait jouer les saumons pour se mouvoir, Birdy nam nam a préparé la foule avec un show explosif et le soufflet n’a pas eu le temps de descende que skrillex nous en mettait plein les yeux et les oreilles.

Vous me demanderez “et l’aprem ? et les locaux ?” Simple, Temple a su prouvé qu’une scène telle que celle des illuminations ne leur filait pas les jetons et ils l’ont pris d’assaut avec un talent qui peut donner des leçons, most agadn’t quand à eux ne se sont pas reposés sur leur lauriers fraichement acquis lors du printemps de Bourges et ont joué la carte du renouveau avec un set qui tenait plus du carré d’as que de la paire de 2, en clair un set superbe qui ne demande qu’à être couché sur CD. A celà j’ajouterais Public Ennemy qui m’a transporté à l’époque de mon adolescence et du célèbre “he got game”
Pour finir mon long message j’ai pu apprécier une fois encore le travail fait par Flap et ses 1.000 bénévoles qui, aujourd’hui, ont ouvert dans son intégralité le site ce qui m’a permis de découvrir le village alternatif dans toute sa splendeur avec une mention 3 étoiles pour les fougasses. Demain ouverture de l’espace BD et là je pourrais dire bravo les gars c’est une réussite parfaite…

‎3eme journée de faite sur le cabaret vert 2012 et je peux dire sans mentir que je viens de vivre une journée de rêve. Allez hop on lache les news qui font car voici ce que vous avez raté :
On commence par N’Cest, je ne le cache pas j’ai toujours eu une affection particulière pour la scène locale quelque soit le genre musical (métal, électro, rock, slam, rap, chanson française et plus si affinité) et N’Cest fait partie de ces groupes qui ont une place méritée dans mon coeur (je rassure il est gros y’a de la place) surtout depuis quelques mois. N’allez pas penser que le groupe fut mauvais loin de là mais depuis leur nouveau set Marie Laure a agrémenté son chant rock et rauque de nouvelles textures vocales qui ajoutées à la musique en constante évolution du groupe fait que l’on pourrait qualifier le line-up de N’Cest 2.0. Un groupe qui a sut prendre possession de la scène, comme Temple et Most Agadn’t la veille, pour nous aveugler de leur talent (je pige mieux le nom d’illumination maintenant), bref après l’interview qui annonce du lourd (pour du métal la blague est facile) pour la fin de l’année le conseil de l’oncle Mike : likez leur page et ne les lachez pas vous le regretteriez amèrement.Ajoutez le projet about the girl aussi agréable à écouter sur scène que sympathique à rencontrer hors scène et vous comprendrez que le local est bien représenté sur le festival. Je ne saurais que trop vous conseiller de les voir en live prochainement dans la région pour vous faire une idée de ce groupe régional qui a su se faire un jolie place lors du printemps de Bourges.On ne présentera plus Yuksek, Franz Ferdinand et Dyonisos qui ont montré leur talent sur la grande scène dans le genre Rock avec un R majuscule ou Agnostic Front qui prouve que “punk’s not dead” en secouant les 18.000 présents avec leurs riffs on ne peut plus nerveux et ecorchés. La surprise viendra d’Orelsan pour conclure le coté musical de ce festoche : je ne le connaissais que pour ses apparitions sur les gros titres des journaux ne m’intéressant que peu à sa musique mais finalement celle-ci passe le jeune rappeur s’amusant même à donner un coté dub à son rap pas si désagréable.A coté de la partie musicale du festival il ne fallait pas rater l’ouverture de la caverne d’ali BD, en effet dès le début de l’aprèm le sésame m’a permis de visiter la salle des trésors du 9eme art et rencontrer quelques maitres de la plume (ou du feutre) : DAV, Donsimoni, Dim.D et surtout un grand monsieur au talent aussi immense que sa modestie Frank Margerin. Qui n’a pas révé de porter la banane de Lucien, de farfouiller dans se vynils, de porter à la perfection le cuir comme ce poto intemporel des bistrots avec flipper et surtout de rencontrer son papa mister Margerin. Bah je l’ai fait et en prime (merci les autres journalistes de ne pas avoir été présent) en tête à tête (ou presque, hein Pat). Cet homme, ce grand monsieur de la BD, est génial n’hésitez pas à le rencontrer demain il y a tant à apprendre d’une discussion en sa compagnie.Et si lire vous emm… alors visionnez un manga avec r-mum qui est présent pour vous faire découvrir ces bds étranges de manière ludique et humoristique.On termine par la météo et le soleil qui a fait mentir ceux qui osaient prétendre que le Cabaret Vert allait finir sous le déluge, le soleil n’aurait rater un tel évènement.pour conclure demain à 23h je succomberais surement à la fatigue mais ce sera une bonne fatigue comme disait R. Lamoureux ce genre de fatigue qu’on ne regrette pas celle qui est accompagnée de souvenirs impérissables : un festival réussi bourré de rencontres géniales…


 4eme jour de Cabaret Vert et le stand radio Bouton a fermé ses portes en apothéose avec la présence de Barcella en studio, de mon coté (ou plutôt notre car j’ai trainé avec moi David en photographe) ce fut encore une journée chargée en émotions.

Arrivée le matin avec un stand BD fourni en auteurs de qualités partants pour des interviews, présence de la bande animée qui s’est prêtée au jeu du question réponses sans langue de bois pour dévoiler la complexité de leur tache lorsqu’ils bossent sur R-mum. Ensuite ce fut le lancement des concerts que j’ai pu écouter de loin mais sans oublier de tendre l’oreille et là si on me dit que la scène locale (bon ok régionale ne soyons pas chauvin) ne vous fait pas bouger je ne sais que faire…

La villa Ginette nous a offert un set sympa et énergique pour bien se faire plaisir, Charlie Fabert a su surprendre la foule de son talent à réunir un groupe frais mais de qualité (on me souffle à l’oreille que le nouveau line-up a moins d’un mois), The Weasels & the Waster ont fait vibrer les murs de l’espace presse avec un son de fou, je regrette de rater Barcella mais l’appel de Morphée est trop intense. Coté grande scène j’ai pu me prendre une claque avec Caravane Palace que je conseille vivement.

Tous ces groupes ont assuré un dimanche musical de qualité sous un soleil juste ce qu’il faut présent permettant aux festivalier de finir en douceur ce Cabaret Vert 2012 en fanfare.Au final le bilan est plus que positif et pérénise un évènement ardennais méritant avec 73.000 visiteurs heureux dont je fais parti.Les plus raleurs diront qu’il y a encore des chose à améliorer mais ce sont des broutilles pour un festival aussi jeune (bah oui 8 ans il entre à peine dans l’adolescence). Gageons que l’équipe (et quelle équipe + de 1.000 personnes au minimum réparties sur site) saura améliorer ce qui frole la perfection pour nous offrir l’année prochaine un Cabaret Vert 2013 monumental.

J’ai envie pour conclure de remercier ceux qui pour moi ne le sont pas assez souvent : tous les p’tits gars qui la nuit venue nettoient le site sans se faire remarquer, ceux qui en amont se démerdent pour que tous les festivaliers sans exception puissent profiter du spectacle (big up Momo avec ton équipe PMR vous gérez), Ceux qui font que le boulot de média roule comme une crème et assurent un lien de qualité avec les artistes, ceux qui pendant un an se sont arrachés les cheveux pour offrir une prog monumentale qui respecte le cahier des charges du festival, les gars de la pellicule qui ont encore surpris leur public avec un chapiteau d’enfer, les ouvriers du tri qui font que le festival offre un respect de l’environnement hors du commun, l’espace BD qui offre + de 30 artistes BD pour une somme quasi symbolique dans un environnement convivial prétant à la discussion, merci à ceux du village asso qui se débrouillent pour faire d’un gymnase un lieu accueillant….

Je pourrais balancer une liste encore plus longue si je me lachais mais je pense qu’il est encore plus simple de dire merci à tous ceux qui portaient le logo orga cabaret vert. Bref RDV dans un an au Festival Cabaret Vert 2013 dès le 23 (22) aout pour un event encore plus énorme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *