Young Americans

Un site sur lequel je traine assez souvent a eu l’idée assez fine de faire un ABCDaire TV, me retrouvant avec la lettre Y je vais vous parler d’une série TV qui a subi le même sort que nos Macarena et autres tubes de l’été : elle est arrivée avec le soleil et est repartie avec lui.

En effet, parlons de Young Americans, mini (voir très mini) série de 8 épisodes qui est un spin-off de Dawson’s Creek. Elle débute grâce à Will Krudski, le copain d’enfance de Pacey que l’on voit apparaître dans quelques épisodes de la saison 3.

• Fiche technique

Comme dit ci-dessus, Young Americans est une mini série télévisée américaine de 8 épisodes de 43 minutes, créée par Steve Antin et diffusée en juillet et août 2000 sur The WB.
En France, elle vivra le même sort un an plus tard en étant diffusée de juillet à septembre 2001 sur M6 puis sur Téva.

• Synopsis

Les cours d’été débutent à la Rawley Academy, une prestigieuse école de Nouvelle Angleterre. Bien qu’ayant triché à l’examen d’entrée pour échapper à un père violent opposé aux études, Will Krudski, un enfant du pays, est bien décidé à prouver qu’il mérite sa place…

• Présentation des personnages

Dans la vie : Parcours atypique pour Rodney Scott. Au collège, il prend des cours de théâtre pour passer le temps et s’amuser. Par la suite il ne suivra pas de profession artistique (placeur dans un théâtre, serveur dans un resto) mais il finira par tenter sa chance et décrocher un rôle dans “Promise Land” où il jouera le rôle d’un jeune fugitif.
Il est apparu aussi dans “The X-Files”, “Come on Get Happy : The Partridge Family Story”, “Dawson’s Creek”.
Dans la série : Will Krudski est un adolescent des bas quartiers de Rawley. Comme tout ado avec papa ça se passe mal et maman sert de tampon. Dommage car Will est un garçon très intelligent, très cultivé, dont le rêve est d’entrer à la prestigieuse académie de Rawley histoire de sortir de la spirale infernale “ma vie est naze je vous hais”. C’est grâce à une bourse de charité qu’il peut intégrer le campus de Rawley (et à un peu de triche à l’examen d’entrée).
Il devient pote avec un petit bourge, devient le chouchou du prof de littérature et joue les Cyrano grâce à son talent pour la poésie. Bref un profil de vainqueur à n’en pas douter qui reste dans les classiques de ce genre de série.

Dans la vie : Est il besoin de présenter la demoiselle aux cinéphiles ? Kate a débuté ni plus ni moins qu’aux côtés de Robert Redford dans “L’Homme qui Murmurait à l’Oreille des Chevaux”. Elle a ensuite suivi des cours et a été engagée en 2000 dans la série dérivée de Dawson, Young Americans. Je vous rassure elle ne s’est pas arrêtée là mais c’est une autre histoire.
Dans la série : Bella vit seul avec son beau-père (enfin beau-père si on veut en fait c’est le seul à ne pas l’avoir laissée tomber contrairement à sa mère) et travaille avec lui dans le garage familial. Elle connait Will depuis l’enfance et ne supporte pas sa nouvelle vie avec les étudiants de Rawley jusqu’à sa rencontre avec Scout. L’amour leur tombera dessus mais ça va vite se terminer, lorsqu’on leur révélera la vérité (ils sont atteints du syndrome Skywalker).

Dans la vie : Peu à dire, si ce n’est que le jeune Mark a commencé en 1995 dans la série Hang Time. Il enchaîne en 2000 avec la série Young Americans.
Depuis, on l’a vu dans Les Experts en 2000 et au cinéma dans dans un petit rôle dans le film Terminator 3.
Dans la série : Comme toute sa famille est allée à l’académie de Rawley, Scout y entre cette année et devient ami avec Will, son partenaire de chambrée. Par la suite il rencontre Bella et vous savez la suite si vous suivez encore …

Dans la vie : Le beau gosse de la bande (s’il fallait en choisir un car je le rappelle nous sommes dans une série ado). Dès l’age de 10 ans, Ian entame une carrière de mannequin qu’il décide néanmoins de mettre de coté pour se consacrer aux études et au sport. Il redevient mannequin quelques années plus tard et ira à Paris, Londres et Milan et signe des contrats avec Guess, Versace, Calvin Klein, Dolce & Gabanna, Gucci, Esprit & Persol et bien d’autres (quand je dis beau gosse). Par la suite il se consacre au théâtre et au métier d’acteur et c’est lorsqu’il participe à la série “Young Americans” que sa carrière décolle véritablement.
Dans la série : Hamilton est le fils du directeur de l’académie. Selon toutes apparences, Hamilton est l’adolescent typique (filles et sexe). Pourtant, tout comme dans Dawson avec Jack McPhee, c’est d’un garçon, Jake, qu’il va tomber amoureux. Du moins garçon cela reste à prouver …

Dans la vie : La demoiselle a une bonne fée qui s’est penchée sur son berceau (ou d’autres diront qu’elle a eu un bon piston pour rentrer dans le métier au choix) car elle n’est autre que la cousine de Gwyneth Paltrow. Bien qu’issue d’une famille de musiciens et danseur, elle se fait remarquer au théâtre en jouant dans des pièces classiques (principalement de Shakespeare). C’est grâce à ça qu’elle décroche un des rôles principaux de la série Young Americans.
Dans la série : Mon personnage préféré de la série alors pardonnez si je m’attarde un poil dessus (vous me direz vu le pavé qu’un peu plus un peu moins …).
Jake est une fille mais elle fait tout comme un garçon. Elle pousse même le vice à s’installer dans le dortoir masculin, c’est dire. Elle deviendra le centre d’attention des demoiselles qui voient en il/elle un garçon des plus attirants (le coté androgyne sûrement) et vont lui courir après alors que ce n’est pas vraiment sa tasse de thé. Le plus drôle arrive quand Jake se lie d’amitié avec Hamilton, qui ne se doute pas de la supercherie. Et là c’est le drame : elle tombe amoureuse de Hamilton et c’est réciproque.

Je vous laisse imaginer le bordel sans nom (désolé du terme mais il est approprié selon moi) entre cette demoiselle qui fait tout pour cacher sa féminité et tombe amoureuse du fils du directeur et le fameux fils qui s’imagine homosexuel et doit le cacher pour éviter l’opprobre de son père et de ses potes. Bref, les scènes entre Jake et Hamilton sont assez bien tournées pour une série américaine. Je vous rassure ça va s’arranger le jour du bal où ils s’embrassent et finissent par s’avouer leur secret. Reste qu’ils essaieront de vivre leur amour de manière cachée ce qui donnera lieu à quelques trop rares scènes assez marrantes (bah ouaip la série ne dure que 8 épisodes). Certains se demandent pourquoi Jake joue ce jeu assez dangereux au final ? Je répondrai simplement que la maman est actrice et la fille veut faire ses preuves et quoi de mieux que de duper un auditoire telle qu’une école complète, enseignants réunis…

• Mon avis

Marrant la mémoire, quand j’ai vu la lettre Y apparaître je me suis amusé à farfouiller dans les séries que j’ai regardé en me disant qu’à part des séries d’animation, j’aurais du mal à trouver pour dépanner les citoyens en mal d’inspiration pour cette lettre maudite. Au final, je tombe sur Young Americans dont je ne gardais que peu de souvenirs.

Pourtant grâce aux recherches que j’ai menées, je me suis remémoré celle-ci comme une bonne petite série bien marrante (surtout pour les scènes de Jake qui m’ont marqué) mais trop courte car sacrifiée sur l’autel des séries d’été alors que si l’on en croit les audiences, elle cartonnait. Selon Wikipédia, je cite une des causes évoquées pour son annulation fût le rejet de la série par le public des chaînes locales du réseau de WB dans le middle-west. Ils n’auraient pas accepté que des élèves passent plus de temps dans leurs histoires de cœur que dans les études, ainsi que l’intrigue entre Hamilton et Jake évoquant par quiproquo une relation homosexuelle. Certains autres sites ajoutent que la relation amoureuse adolescente entre le frère et la sœur seraient mal passé.

Quand on voit le déroulement de la plupart des séries ados US, je suis surpris de l’évocation d’un tel genre de remarque mais bon c’était les années 2000 et je ne crois pas qu’à l’époque les esprits étaient aussi ouverts que maintenant (comme quoi en 10 ans, il s’en est passé des choses).

Au final, je regrette qu’elle n’ait pas eu sa chance. Son scénario vaut bien les séries ados de maintenant et ce qui va autour (décor, cast, bande son) était de qualité tout comme c’était déjà le cas pour Dawson, une des rares séries avec Buffy pour lesquelles j’ai acheté les OST. Si vous avez la chance de tomber dessus sur une des chaines du groupe M6, faites-vous plaisir je pense que vous aimerez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *