Ce n’est pas parce qu’on s’appelle Pierrot…

Ce n’est pas parce qu’on s’appelle Pierrot que nous sommes un clown.

Toujours dans l’idée de parler de ce qui se cache derrière nos animes favoris (ou tout du moins les miens :p) je me suis dis qu’il serait sympa de faire un pont entre les jeunes et les anciens en parlant de Yuji Nunokawa. Beaucoup doivent se demander qui est cet homme alors repartons ensemble dans le passé pour suivre l’aventure de ce grand homme.

Tout jeune Yuji Nunokawa révait d’être un acteur de ciné mais la réalité du monde du travail est tout autre pour lui et il commence sa carrière comme animateur pour un des plus grand studios nippons des années 60 : Tatsunoko. Ce studio doit vous parler un peu si comme moi vous êtes fan des « il était une fois l’homme » (en effet le studio était sous traitant à l’époque). Durant la fin des années 70 divers problème de cette boite vont pousser ses employés à la quitter et c’est ce que fait Yuji Nunokawa pour tout d’abord se la jouer Free lance puis monter son studio.
Sa première commande provient de NHK (pas besoin de les citer) via l’adaptation de Nils Holgersson au début des années 80. par la suite il se lancera dans Lamu puis les fameuses et néanmoins mystérieuses cités d’or.
Durant un certains temps le studio Pierrot (d’où le nom de cette propa) de Yuji Nunokawa va nous pondre nombre de séries de magical girls comme Creamy, Emy, Suzy ou Vanessa et en 1985 arrivera une de leur série phare à mes yeux Kimagure Orange Road (en France Max et Compagnie). Cette série inspirée d’un best seller de Matsumoto sera chara designé par Takada qui a souvent travaillé pour les séries de Magical de Pierrot. La qualité graphique de Max et cie va créer une des icones les plus importantes des années 85-90 : Madoka.

Durant les années 90 Pierrot va surfer sur la vague des séries pour enfant et migrer vers le shonen avec une nouvelle série et encore un succès : Yu Yu Hakusho. Vont s’ensuivre pas loin de 115 épisodes de cette série fleuve qui ne parviendra pas malgré tout à battre sur le nombre les autres concurrents que sont Dragon Ball et Saint Seiya. Pierrot continuera aussi à faire plaisir aux demoiselles avec Fushigi yugi, Clamp School détective.

En clair Pierrot devient un professionnel de l’adaptation de manga en anime à succès car chacun de ses essais est transformé. Celui ci va continuer à monter en puissance via GTO, Saiyuki et plus récemment 2 des plus gros cartons de ce 21eme siècle : Bleach et Naruto. C’est dire que leur taff est bien considéré du coté des professionnels et que leur avenir est au beau fixe.

En plus d’être doué dans le domaine de l’animation Tv Yuji Nunokawa a créé en 1984 une branche aditionnelle à son studio : Pierrot project pour ajouter une corde à son arc. P P a pour charge de réaliser les films d’animations et de gérer les fameuses goodies, une première puisque la plupart du temps ce genre de tache est laissée à des tiers par ses concurrents.

Bref Yuji Nunokawa a su en 1 quart de siècle montrer que même avec un facies de clown comme emblème il a su mener sa barque de main de maitre. A cela je me grime en Auguste et vous salue d’un chapeau bas Monsieur Nunokawa !

De votre coté, que vous soyez jeune ou ancien, avez vous suivi une des séries de Pierrot ?
Aimez vous la patte de ce studio ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *