Deux passés pour un avenir

Il est des histoires professionnelles qui ressemblent à des histoires d’amour. Des liens se forment au grè des personnalités et le temps passe le couple donne naissance un bébé qui grandit et finit par faire la fierté de ses parents en leur offrant la reconnaissance qu’ils méritent.

Il en est ainsi de l’histoire du studio Ghibli, studio que je ne pouvais éviter dans mon parcours, qui a su traverser les frontières, marquer les esprits et nous offrir des films d’une qualité et d’une profondeur encore aujourd’hui inégalée à tel point qu’ils sont devenus intemporels.

Pourquoi dis je deux passés pour un avenir ? Car c’est de la rencontre et de la personnalité de deux hommes qu’est né Ghibli. Durant de nombreuses années ces 2 personnes ont vogué ensemble sur les courants tumultueux de l’animation via de nombreux projets avant de s’unir et donner naissance à Leur bébé avec un grand L (pour leur) et un grand G (pour Ghibli).

Repartons au début de l’aventure mes amis et découvrons ensemble comment est né cet enfant prodige. Nous sommes en 1964 dans les studios de la Toei Animation, ce studio pionnier de l’animation qui nous a offert les plus gros succès TV comme Dragon Ball, Albator, Saint Seiya ou encore Sailor Moon a en son sein 2 jeunes membres : un dessinateur du nom de Hayao Miyazaki et un scénariste Isao Takahata.

A sa naissance en 1956 la Toei a pour rève de dépasser Disney dans la production de long métrages. Pour cela ils s’entourent de gens compétents et pour cela Miyazaki et Takahata leur semblent de bon choix. La preuve tombera en 1969 lorsque sort Horus, avec au scénar Takahata et à la conception des scènes Miyazaki, un film résolumment adulte d’une qualité surprenante encore aujourd’hui. Nos deux compères ont déjà travaillé ensembles sur d’autres séries comme Ken l’enfant loup et mettent à nouveau leur patte sur ce film. Malgré leurs efforts le film fait un flop à l’époque. Du coup notre couple maudit quitte ce studio pour tenter sa chance ailleurs. Ils bosseront pour Zuiyo (qui deviendra la nippon animation par la suite), TMS et d’autres studios. Verront le jour divers séries comme Heidi, Conan fils du futur ou Lupin III voir Sherlok Holmes.

Ce n’est que 20 après leur rencontre, en 1984, qu’ils se décident à concevoir une oeuvre personnelle : Nausicaä de la vallée du vent. Ce long métrage est une adaptation du manga de Miyazaki et c’est Takahata qui le produit avec l’aide financière de Tokuma Shoten. D’ailleurs après le succès au Japon de ce film ce studio va finir par s’associer avec nos deux amis pour fonder le studio Ghibli.
Contrairement aux autres studios d’animation qui se concentrent sur l’animation de masse via des séries TV Ghibli préfèrera nous offrir nombre de films (1 tout les 2 ans) de qualité. Ajoutons y une gestion remarquable des produits dérivés et ce studio arrive à très bien vivre ainsi alors que d’autres rament ou finissent par s’effondrer. Après la sortie de Kiki ils vont même réussir à devenir totalement indépendant d’un point de vue financier. En effet on peut même signaler que ce studio a réussi un sacré tour de force : racheter les droits de ses productions c’est dire.
Mais comment un studio géré par uniquement 2 personnes a t il pu arriver à un tel succès ?
Sans doute gràce à la qualité des 2 hommes. Takahata passionné de littérature et ancien étudiant en lettre a toujours su choisir le roman ou le manga qui lui permettra de nous offrir un film d’exception. Qui n’a pas pleuré en visionnant Le tombeau des lucioles ou Pompoko. Miyazaki quant à lui s’il n’est pas un scénariste émérite comme son ami de toujours sait magnifiquement nous faire partager son amour de l’aviation (Porco Rosso ou le château dans le ciel) ainsi que sa passion pour l’écologie (Totoro ou Mononoke). Pompoko le film de Takahata sur lequel il a participer montre même à quel point lorsqu’ils s’allient ils n’empiètent pas l’un sur l’autre mais nous offre un film qui fusionne leurs qualités respectives : ce film est un hymne adulte à la nature et une critique des plus matures de l’urbanisation.

Bref ce studio via de nombreux films comme Chihiro, Mononoke ou Le château ambulant va même réussir à offrir ses lettres de noblesse à l’animation en récoltant divers prix à Berlin ou même un Oscar en 2003. Bébé Ghibli a bien grandi il est adulte et doit désormais voler de ses propres ailes mais quelles sont elles ? Miyazaki et Takahata ont certes offert au patrimoine asiatique des oeuvres que je qualifierai d’immortelles mais ils ne le sont pas et un jour viendra où la relève devra se montrer à la hauteur des maîtres. Personnellement je pense que celle ci se montre timide, il suffit de voir les 2 premiers films que sont le royaume des chats (repris par Miyazaki) et Terremer (du fils de Miyazaki)…

Etes vous de votre coté un fan de Ghibli ?
Que pensez vous du dernier Ghibli ?
Attendez vous avec impatience le prochain film du Studio ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *