Elles ont atteint l’age de maturité

Leur histoire a des airs de conte de fée : débuter via le fanzinat et finir comme un des groupes les plus adulés par le monde avouez que ça laisse rêveur…

Qui se cache dans le silo à pommes de terre ?

Au départ, CLAMP n’est pas un studio mais plus un groupe de jeunes filles participant à des doujinshi chacun de leur coté. Ce n’est qu’en 1987 que les demoiselles concrétisent leur projet CLAMP en se mettant à travailler ensemble dans ce qui n’est pour le moment qu’un collectif de 12 personnes. La série qui les rendra célèbres est RG Veda sortira en 1989 en tant que premier projet professionnel. De nombreux projets suivront celui-ci comme « le voleur aux 100 visages » et bien d’autres. Malgré le succès rencontré cela n’empèchera pas divers membres de quitter le groupe et au final ce n’est que 4 noms qui vont représenter Clamp : Okawa, Apapa, Igarashi et Nekoi. Celles-ci vont continuer à nous offrir divers titres dans de nombreux domaine dont le fameux ChobitS

Ce manga rien que pour moi

Certes On cite souvent les titres de Clamp en Shojo et même si elles ont voulu faire de ChobitS un titre destiné aux garçons, les filles ont aussi pris plaisir à le lire car il traite d’une jolie comédie sentimentale (certes un poil crue mais faut pas se leurer Candy c’est plus à la page)
Mais qu’est ce que ChobitS ?
Si on parle des liens possibles entre ChobitS et les autres mangas de Clamp on peut le placer en suite direct de Angelic Layer puisque le fameux prof réapparait (mort certes mais bon on pige bien que les fameux persocon sont les decendants des anges de combat). L’histoire, quand à elle, est assez basique : Un jeune étudiant rêve d’obtenir un de ces magnifiques robots à tout faire et en trouve un de conception originale. S’ensuit une quête pour comprendre qui est Tchii et tout ce que cela implique…

Si c’était si simple ça ne serait pas du Clamp

Bien entendu d’autres éléments vont perturber cette histoire somme toute basique, tchii attire les convoitises de bien du monde et ceux ci ne sont pas forcément des anges. Ajoutons à cela l’apparence humaine et adorable de Tchii qui va faire chuter notre jeune héros vers l’amour bref de nombreux rebondissements vont vous surprendre.

Ce que j’aime chez Tchii

Tout d’abord, c’est le trait de Clamp qui me plait : léger voir aérien, un pur bonheur à voir car on embrasse la scène au premier coup d’oeil sans être agressé par une surcharge d’infos. Cela nous permet d’apprécier le scénario bien plus complexe que ne le laisse supposer le pitch. En effet de nombreux thèmes sont mis en avant que je vous laisse découvrir via ce manga ou cet anime de bien belle qualité qui mérite plus que ce que veulent en dire les revues spé.

Selon vous

L’amour peut il dépasser l’humanité ?
La robotisation humaniforme est elle la solution à l’isolement ?
Vous êtes plus Tchii ou Sumomo ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *