Vous êtes ivres alors dansez…

Alors que le festival des morts a  lieu dans de nombreuses villes, Je vous emmene dans le quartier de Koenji, pas très loin de Nakano, pour un festival de musique et de danse identique à celui de Tokushima. Certes celui célébré à Tokushima est la célébration la plus animée du Japon mais bon voilà encore un festival qu’on va découvrir et c’est assez sympa non ?

Prenons donc le chuuou sen direction la gare de Kouenji pour 4 jours de folie traditionnelle. Le soir même, nous nous retrouvons dans des rues envahies de groupes de danseurs traditionnels de tout ages. Il va falloir jouer des coudes pour tout voir car cet évènement est assez différent d’un festival classique. En effet il ressemble plus à un rassemblement hétéroclite de gens plus qu’à quelque chose d’organisé. Une petite explication s’impose :

Les awa-odori ou danse d’Awa est un minyō de la région de Tokushima à l’origine (île de Shikoku). La danse elle-même est aussi appelée Danse des fous pour une raison historique des plus droles pour notre cerveau occidental : Cette danse est née en 1587 lorsqu’un seigneur féodal, pour célébrer la construction de son château, décide d’organiser une fête. Mais les invités sont arrivé en dansant ivres sur le chemin qui les conduisait à la réception. Une fois un peu plus frais , ils ont apprécié la façon désarticulée qu’ils ont eu de danser. Du coup ils auraient décidé de faire de cette danse un poil bizarre un évènement annuel qui a fini par arriver dans ce quartier de Koenji il y a une cinquantaine d’année.

 

Du coup voilà face à nous de nombreux danseur qui saluent l’arrivée annuelle des esprits des ancêtres sur la terre des vivants grace à ce rituel. Bien sur une danse se doit d’être rythmée par un chant tout aussi fou que la danse qu’il accompagne. Voici la chanson  :

Odoru ahō ni miru aho !
Onaji ahō nara odoranya son son !
Aara erai yacha, aara erai yacha
Yoi yoi yoi yoi !

Et voici sa traduction :

Il y a des idiots qui dansent
et des idiots qui les regardent
Si on est tous des idiots, vous n’avez rien à perdre à danser !
Yoi yoi yoi yoi !

Le refrain étant assez simple c’est tout naturellement qu’on se retrouve à accompagner les danseurs qui marchent et dansent dans les rues accompagnés par le son des shamisens, tambours, cuivres et flûtes. Puis on peut remarquer sur les photos quelque chose de surprenant : Parmi tous ces groupes pros ou amateurs on distingue 2 types de danses très différentes ainsi que 2 costumes différents.

il y a le onna odori (danse des femmes). Cette danse est pratiqué par des femmes (comme son nom l’indique) habillées dans de jolis kimonos, coiffées de bizarres chapeaux et juchées de hauts geta noirs

et le otoko odori (danse des hommes) qui est pratiquée par tout le monde cette fois ci sans distinction. Les danseurs sont vêtus d’un kimono de coton court ou remonté sur les jambes, d’une sorte de short en coton blanc, et d’un bandeau sur la tête.

Voici quelques vidéos sympas pour en voir plus ^_^

 

Vous en pensez quoi de l’histoire de ce festival ?
Envie d’en découvrir d’autres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *