| Inter Galactic Love |

D’hab je vous offre un gros article pour que vous soyez le plus renseigné sur le manga ou l’anime voir la fête que je vous présente mais là je vais faire succint pour vous donner envie de vous forger votre propre avis


Derrière la caméra un réalisateur connu

Malgré le titre, Hinokio est bel et bien un film japonais réalisé par Takahiko Akiyama, le directeur artistique du film Final Fantasy.

Devant la caméra une histoire mi drame mi SF

Synopsis : A la suite d’un accident, Satoru Iwamoto, un jeune garçon de 12 ans, perd sa mère et se retrouve paralysé des deux jambes. Traumatisé, celui-ci reste enfermé chez lui et refuse tout contact extérieur. Son père, désespéré, lui construit un robot humanoïde très évolué, Hinokio, que le petit garçon peut piloter à distance. Hinokio va alors permettre au jeune garçon d’aller à l’école, de faire du sport et de rencontrer des gens sans sortir de sa chambre. Grâce à Hinokio, Satoru redécouvre le monde et peu à peu, se lie d’amitié avec les enfants de son âge et tombe même amoureux…

1 film, 2 héros, 2 histoires

En effet, en parallèle à l’histoire de l’intégration du robot dans le monde réel, l’auteur nous offre une seconde histoire : celle de la plongée de Satoru dans le monde virtuel de Purgatory un jeu caché qui permet à quiconque trouve la porte d’effectuer une quête un peu particulière. Si on essaye de faire un parallèle avec un autre film je penses que Bridge to Terabithia est un point de référence assez proche. En fait le jeu permet à l’humain d’extérioriser ce que le robot ne peut pas. On retrouve dans le jeu tous ces sentiments que l’enfant voir le père veulent exprimer sans trouver de personnes réceptives mais je n’en dis pas plus…

1 spectateur, 2 lectures, 1 avis

Avec une vision du lien entre le réel et le virtuel, l’histoire qui me touche personnellement et un scénario qui tient la route en ne sombrant pas dans le mièvre l’adulte en moi adore le film malgré quelques très rares faiblesses et des moments un peu mous. Avec un robot intégré de bien belle manière dans les décors, des enfants attachants qui tiennent leur rôle et un final génial l’enfant qui dort en moi s’est réveillé avec le sourire. Bref j’ai adoré ce film et je ne regrette pas de l’avoir acheté et de vous le conseiller.

Mais qui l’a vu à part moi ?
Un robot pour palier les absences ça le fait ?
Je vous ai donné envie de le voir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *