envie d’apprendre ?

Qui n’a jamais eu, à un moment ou à un autre, envie d’apprendre le japonais ? Beaucoup d’entre vous je pense, et comme moi vous vous êtes tourné d’abord vers les livres, puis les sites et enfin les logiciels. La différence en ce qui me concerne vient du fait que je sois ce que beaucoup appellent un geek ou comme j’aime le dire un libriste. Du coup je tourne sous l’OS du manchot : linux. Et là c’est le drame : les logiciels windows on oublie quoique…

Apprendre et utiliser un pc ubuntu en japonais c’est possible

Pour apprendre à écrire les Kanjis, qui sont si je ne me plante des idéogrammes pour symboliser des objets ou des idées, j’ai découvert un petit outil qui tourne sous Windows, Mac et Linux (comme ça pas de perdant) et qui vous proposera d’apprendre un beau paquet de kanjis et le tout sans payer… Bref à nous l’apprentissage sans débourser des sommes pharaoniques.

tagainijisho

Tagaini Jisho (ou tagainijisho j’avoue que les deux écritures existent selon les sites) est donc un logiciel d’apprentissage ( y’a différents niveaux de difficulté) mais pas que, je vous laisse découvrir le reste par vous même bien que voici certains bons points de ce logiciel à retenir:

L’interface est disponible en français
Rechercher de mots de vocabulaire
Marquage et les notes,
Impression de livrets de poche pliables pour l’étude hors ligne,

Bref un beau petit logiciel qui trouvera sa place sur votre PC même si je pense qu’il n’est pas exempt de défauts.

le site où trouver ce petit jouet

De votre coté vous connaissez d’autres logiciels du même genre ?

PS : pour pousser le passage au japonais je conseille ce lien qui permet de passer son système ubuntu en japonais ce qui peut être utile si un jour vous décidez de partir la bas.

Une pensée sur “envie d’apprendre ?

  • 21 août 2012 à 15 h 27 min
    Permalink

    Je confirme, il s’agit bien d’idéogrammes qui suivent une construction par surcharge d’idée, par exemple le kanji de fumée dérive de celui du feu, illustrant brillamment notre adage « Il n’y a pas de fumée sans feu ».
    De manière générale, les kanjis sont généralement écrits avec leur prononciation au dessus en syllabaire hiragana, l’autre syllabaire, katakana, servant pour les mots d’importations.Le plus souvent un nippon ne connait pas l’écriture d’un kanji mais sa prononciation d’où l’importance du système énonce ci-avant.
     

    Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :